2e édition revue et augmentée


À paraitre

 

Format : 135 x 215 mm

Pagination : 421 pages

ISBN : 979-10-90129-08-5

Prix : 25 euros

Le syndicalisme, la politique

et la grève

 

France et Europe : XIXe-XXIe siècles

 

Stéphane Sirot

 

En France comme en Europe occidentale, plus personne ne met en doute le droit des syndicats à défendre le quotidien des travailleurs. Reconnu par l’État, voulu par la démocratie d’opinion, ce droit légitime l’organisation du salariat depuis sa légalisation au XIXe siècle. Mais il n’a jamais été sa seule raison d’être. Le syndicalisme est porteur, dès l’origine, d’un projet de transformation de la société visant à substituer, à la démocratie libérale, une démocratie sociale. Qu’en est-il aujourd’hui de ce projet d’essence politique dont la grève, symbole de l’autonomie ouvrière et de la mise en pratique d’une forme de démocratie directe, a longtemps été l’arme privilégiée ?

Reprenant de manière originale la question lancinante de la « crise du syndicalisme », Stéphane Sirot inscrit le fait syndical dans la longue durée de l’histoire du salariat depuis la Révolution française et fait la part des rapprochements et des singularités entre la France et ses principaux voisins européens. Il met en lumière l’inconfort du mouvement syndical, sommé d’agir au nom du bien commun et pas seulement des salariés, piégé par la rhétorique « réformiste » des gouvernements qui aspirent à le domestiquer, pour exister dans la fidélité à sa tradition de contre-pouvoir. Le syndicalisme français, qui semble résigné à n’être plus qu’une force d’accompagnement, pourrait bien être entré dans un nouvel âge de son histoire. Par ce retour sur l’histoire du salariat organisé, l’ouvrage se propose de clarifier les termes du débat sur l’avenir du syndicalisme et, au-delà, de fournir des outils de compréhension pour penser à nouveaux frais notre question sociale.

 

 

Dans la même collection

> Consulter l'ensemble du catalogue